Réponse à la réfutation au sujet de la vidéo traitant de la fraternité avec les non musulmans – La Boîte#13

As-Salam Aleykoum.

Voici une réponse à la « réfutation n°2 » au sujet de la vidéo d’Ayman intitulée « LES NON-MUSULMANS SONT-ILS NOS FRERES ? »

LIEN DE CETTE VIDÉO : https://youtu.be/3HosQPo9D3U

Je ne reprendrai pas ici l’introduction que j’avais déjà faite lors de la réponse à la réfutation n°1 du même individu sur le Tawhid.

Cette fois-ci une « réfutation » en 12 points est présentée, reprenant le même schéma que la première réfutation :

  • Certaines citations de la vidéo d’Ayman (je suggère d’ailleurs pour les prochaines fois de mettre directement le lien vers la vidéo en question. Cela évitera une fatigue inutile à l’individu en question ; cela permettra en outre à chaque lecteur de se faire sa propre opinion sur la vidéo avant d’en lire sa « réfutation »).
  • Une liste de chefs d’accusation
  • Une réfutation par citations de savants (de la « salafiya ») interposés

Il y a au total 12 accusations qu’on pourrait regrouper en 3 thèmes :

  1. Ayman MENT (sur Allah, sur les Prophètes et sur le Quran : accusations numéros 2, 3, 5 et 12)
  2. Ayman RABAISSE (les musulmans, la religion, le prêche du désaveu : accusations numéros 6, 7, 8 et 10)
  3. Ayman HONORE LE MÉCRÉANT (en le considérant comme un frère, en le confortant dans son égarement : accusations numéros 1, 4, 9 et 11)

Réponse : j’ai décidé de ne faire cette fois-ci qu’une seule réponse qui reviendra sur les 3 grands chefs d’accusation qui pèsent sur l’accusé Ayman TR.

Premièrement Ayman distingue très clairement dans la vidéo la fraternité en religion de la fraternité en humanité. La première ne concerne que les musulmans et c’est une fraternité choisie (le musulman qui rejoint le groupe des musulmans accepte d’être le frère de ses co-religionnaires). Et la deuxième concerne l’ensemble de l’humanité (c’est à dire tous les descendants d’Adam ´alayhi salam) et elle est « subie » (nous avons tous le même père et la même mère que nous le voulions ou pas).

Ensuite Ayman distingue parmi les non-musulmans 2 catégories et il emploie pour chacune de ces catégories des mots différents. Et ça c’est exactement ce que fait Allah dans le Quran. Le terme « Kâfir » dans le Quran ne désigne que le mécréant endurci qui ne sortira jamais de la mécréance. Mais lorsqu’Allah évoque les non-musulmans qui pourraient encore sortir de la mécréance avant leur mort et se soumettre à Allah Il utilise alors des expressions comme « alladhina kafaru » qui est généralement traduit par « ceux qui ont mécru », sous-entendu « ceux qui ont mécru jusqu’ici mais qui pourraient, ou pas, changer avant leur mort ». Contrairement au mot « Kâfir » qui est un titre qui marque la permanence et qui, quand il désigne quelqu’un en particulier correspond à une condamnation irrévocable. Le véritable kâfir/mécréant dans le Quran est celui qui mourra en tant que mécréant et finira éternellement en Enfer. Allah est précis dans le Quran et Allah est le Seul à savoir qui mourra musulman et qui mourra mécréant.

Maintenant, à notre niveau d’êtres humains, nous sommes moins précis dans notre langage. Nous désignons donc tout non-musulman comme « mécréant ». Mais cela n’enlève pas le fait que parmi ces « mécréants » il y ait une catégorie de gens qui sont réellement des ennemis déclarés d’Allah et de Sa religion, des mécréants endurcis, qui mourront en tant que mécréants. Et une autre catégorie qui aujourd’hui ne sont pas musulmans mais qui ne déclarent pas d’hostilité envers l’Islam et les musulmans et aspirent à vivre en paix avec les musulmans. Et dans cette catégorie il y a même ceux et celles qu’Allah a choisi pour devenir les musulmans de demain. Pour résumé ça on pourrait dire qu’il y a parmi les non-musulmans des Abu Lahab ennemis des musulmans et aussi des Abu Talib non hostiles voir même bienveillants envers les musulmans.

Si ceci est bien compris alors que chacun sache qu’Ayman vise dans la vidéo les « Abu Talib » et qu’il n’évoque pas les « Abu Lahab » (qu’il désigne dans la dernière phrase de la vidéo par l’expression « mécréants ennemis » avec qui on ne doit pas s’allier et dont il parlera bi idhni Llah dans une autre vidéo).

À partir de là les accusations de mensonge tombent, puisqu’Ayman évoque une fraternité en humanité qui nous lie aux non-musulmans non hostiles. Allah a envoyé Son Prophète ´alayhi salat wa salam prêché des non-musulmans avec douceur, miséricorde et un immense souci pour eux et ce qui risque de leur arriver. Et celui qui n’a pas cet état d’esprit qu’avait le Prophète envers les gens alors, oui, il n’a pas bien compris le Quran.

La deuxième accusation est également infondée et n’est que le résultat d’une mauvaise compréhension des propos d’Ayman. Ce qu’Ayman critique c’est l’état d’esprit poussant à considérer tous les non-musulmans comme des Abu Lahab en puissance qu’il faudrait détester. Le Prophète ´alayhi salat wa salam ne détestait pas son oncle Abu Talib. Il ne détestait pas ´Umar ibn al Khattab avant sa conversion, ni Khalid ibn Al Walid avant sa conversion. Ce qu’il pouvait détester chez eux c’était certaines de leurs actions mais cela ne l’a jamais empêché de voir certaines de leurs qualités. Il ne désignait pas Abu Talib, ´Umar ou Khalid comme des « mécréants égarés et maudits qui finiront en Enfer ». Non plutôt il désirait pour eux la Guidée qu’il avait lui-même reçu, tout simplement parce que lui (´alayhi salat wa salam) était « véritablement croyant », pour reprendre le Hadith qui est le fil rouge de la vidéo.

L’auteur de cette « réfutation » n’a (étrangement) rien dit à propos des versets utilisés par Ayman pour démontrer que tous les Prophètes se sentaient les « frères » de leurs peuples respectifs qu’ils prêchaient. Ces versets sont pourtant déterminants dans l’argumentation d’Ayman. Ce n’est pas très sérieux pour ce qui se présente comme étant une réfutation…

Et quant à la troisième accusation prétendant qu’Ayman conforte le non-musulman en disant qu’il a le droit de mécroire nous répondons ceci : Allah a accordé à chaque être humain le libre-arbitre. Celui qui choisit de croire en sera récompensé et celui qui choisit de mécroire en subira la conséquence. Aucun être humain ne peut en forcer un autre à croire s’il a choisi de mécroire. En ce sens chacun est libre de ses choix. Et notre devoir de musulman s’arrête à la prédication sous toutes ses formes (exhortation, conseil, suggestion, avertissement etc…) et au souci lié aux mauvais choix possibles faits par les gens avant leur mort.

Les paroles copiées et collées de certains savants qui clôturent la « réfutation » sont une fois de plus une mauvaise méthode employée par l’auteur pour tenter de rattacher à sa mauvaise compréhension des paroles d’Ayman des gens de science qui ne s’exprimeront jamais sur les paroles d’Ayman en question. Il faudrait donc ne plus prendre ces savants en otage, qu’ils soient contemporains ou anciens comme ibn Sirin (rahimahullah), simplement pour les faire entrer dans des conflits puérils qui ne sont pas les leurs. Ayman est votre frère, en foi et en humanité, et il laisse la porte ouverte aux demandes d’éclaircissements puis aux corrections de ses erreurs plutôt qu’aux mises en garde et aux réfutations mal placées.

Jahid, membre de l’équipe d’Ayman TR.